La présence du ténia provoque des troubles digestifs, des diarrhées, des nausées et de la fatigue. LP/Philippe La vieille

Quand il est mal conservé, le poisson peut voir se développer des larves dans son organisme. Ingurgitée par le consommateur, elles se développent ensuite dans son tube digestif.

Avis aux amateurs de poisson cru ! Sept cas de ténia du poisson, aussi appelé ver solitaire, ont été recensés en deux ans par le CHU de Rennes, en Ille-et-Vilaine. Du jamais-vu en France. « Le nombre est exceptionnel sur une si courte période, explique la professeure Florence Robert-Gangneux, responsable du laboratoire de parasitologie-mycologie. D’autant qu’aucun cas n’avait été détecté depuis au moins vingt ans.

Les ténias se développent dans le tube digestif après l’ingestion de larves se trouvant dans le poisson cru. S’ils peuvent mesurer plusieurs mètres de long après s’être accrochés à la muqueuse intestinale, ils ne sont heureusement pas dangereux pour les personnes contaminées, mais leur présence provoque des troubles digestifs, des diarrhées, des nausées et de la fatigue. « Six patients sur sept en avaient retrouvé des morceaux dans leurs selles », précise Florence Robert-Gangneux. Un simple traitement antiparasitaire en vient à bout.

En analysant les échantillons, les médecins rennais se sont aperçus qu’ils appartenaient à une espèce du Pacifique Nord (Japon et nord-est de la Russie). Ces derniers mois, les patients avaient tous mangé du poisson cru. Importé, il n’avait sans doute pas été congelé à – 20 °C durant au moins 24 heures, comme le préconise la législation. Aucun autre cas n’a été signalé en France pour l’instant.

http://www.leparisien.fr/societe/sante/mal-au-ventre-diarrhees-nausees-fatigue-fans-de-sushis-gare-au-tenia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.